CARPE DIEM!

18 Sep

Entrée de la Maison Carpe Diem ©MaliJeReste

De notre envoyé spécial à Ségou

 

Voici un endroit singulier et inventif au Mali ! La Maison Carpe Diem est une fenêtre grande ouverte sur la Création dans toutes ses formes. Si votre principale qualité est la curiosité et la soif de découverte, entrez-y, vous passerez, pour sûr, un excellent moment où tous vos sens seront en éveil.

 

Dans une petite rue segovienne, à deux pas de l’esplanade où se déroule chaque année le fameux festival sur le Niger, la devanture colorée attise la curiosité et donne le ton. Le mur recouvert de « Carpe Diem [1] » décliné dans toutes les langues s’apparente d’emblée à une invitation : « entrez les amis d’où que vous veniez et prenez du bon temps ». A l’intérieur, il y en a, en effet, pour tous les goûts, qu’ils soient culinaires, philosophiques, artistiques, bucoliques ou littéraires.

Chab Touré, l’inventeur du concept, explique qu’il a voulu créer une niche pour éviter de concurrencer ses amis restaurateurs et hôteliers: « Ici, tu entres, tu as le choix, tu trouves et tu prends ce que tu veux ! ». Il n’en est d’ailleurs pas à sa première innovation. Les anciens de Bamako, amoureux d’Art, connaissaient sans nul doute la Galerie Chab dans le quartier Bamako Coura : « Quand j’ai ouvert ma galerie à Bamako, tout le monde m’a traité de fou. Quand je suis venu à Ségou, c’était encore pire. Mais les gens viennent jusqu’ici. Ils découvrent Ségou, apprécie le calme et reviennent ». Après avoir sillonné en minibus l’Afrique de l’Ouest, de Ouagadougou à Cotonou, pour présenter des expositions itinérantes, il a posé ses valises à Ségou. .

 La Maison Carpe diem est un espace dédié à la découverte. Le lieu est beau : les tables sont des journaux ouverts sur l’actualité malienne et les murs végétaux sentent bons les fleurs de Kidal et les bougainvilliers. Les bonzaïs de baobabs, de flamboyants et de manguiers posés un peu partout emmènent dans une brousse pour lilliputiens qui dégagent une atmosphère contemplative.

Le Café ©MaliJeReste

La Maison Carpe diem, c’est d’abord un café où l’on peut manger des assiettes de fromage, de charcuterie, des paninis tomates basilic mozzarella en sirotant un verre de vin ou une orange pressée. Les discussions philosophiques et politiques peuvent durer jusque tard dans la nuit, avec en arrière plan des notes de jazz, de funk et de reggae. En cette période politique troublée, la musique comme les débats sont là pour faire baisser « la pression de l’incompréhensible », comme se plait à répéter Chab.

La Maison Carpe diem, c’est évidement une galerie d’Art sous toutes ses formes : exposition de photos, de peintures, installations en tout genre. La diversité et la singularité de ce qui est présenté sont à l’image du lieu et de la curiosité insatiable de son propriétaire. A titre d’illustration, l’espace accueillait une collection de chapeaux du monde jusqu’en juin 2012. Du sol aux étagères, il y en avait pour tous les styles, tous les climats et toutes les têtes : du couvre chef turc au chapeau peul en passant par la toque russe ou la coiffe dorée de la danseuse khmère. Avant le coup d’État, le 7ème Art était également à l’honneur avec des séances toutes les semaines: « C’était gratuit ce qui permettait une grande liberté. Le client n’aime pas, il s’en va ! ». Les cinéphiles amateurs venaient le mercredi pour voir les productions grand public, les plus exigeants s’installaient tranquillement le vendredi pour visionner des cycles de films d’auteurs. Pendant le festival sur le Niger, quand la musique est à l’honneur, des comédies musicales y étaient projetées. Malheureusement aujourd’hui, faute de client, qu’ils soient touristes ou autochtones, cette expérience est mise en suspend. Les gens ont moins le cœur à la fête !

La Galerie et sa collection de chapeaux ©MaliJeReste

La Maison Carpe Diem, c’est enfin un espace librairie où les livres se vendent et se troquent. Y flâner permet de jolies (re)découvertes de la culture et la littérature maliennes. On lit avec intérêt « Les Fleurs du Mali », recueil poétique de Charles Baudelaire et d’Aka Dj-Koroni. On s’amuse d’un titre d’ouvrage : « Circulez, y’a rien à savoir ». On feuillette avec plaisir les œuvres des Éditions La Sahelienne qui vont de l’essai au roman en passant par une belle collection de livres pour enfants écrits par des auteurs maliens. On retrouve avec nostalgie le catalogue des dernières rencontres photographiques de Bamako et on repense au temps, à la fois si proche et si lointain, où les gens du monde entier se pressaient encore au Mali, avides d’échanges interculturels. Une grande partie des présentoirs de la librairie accueillent également des romans usagés que les élèves viennent régulièrement échanger contre leur ancienne lecture et quelques pièces de monnaie.

La librairie ©MaliJeReste

La Maison Carpe Diem c’est tout ça : un lieu convivial, ouvert à tous où il fait bon vivre dans le calme de la magnifique ville de Ségou.

 

MaliJeReste


[1] Profite de l’instant

Publicités

Une Réponse to “CARPE DIEM!”

  1. gisalou 24 novembre 2012 à 2008 46 #

    mais elle et où la belle demoiselle qui donnait vie à ce lieu ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :